les riches et les pauvres


Les riches et les pauvres

8400 milliards de dollars, C’est la somme totale débloquée jusqu’ici par les pays riches pour le renflouage de leurs banques. La somme annuelle nécessaire pour sortir 1,4 milliard de personnes de l’extrême pauvreté (moins de 1,25 dollar par jour) est de 173 milliards de dollars.

8400 milliards de dollars, C’est la somme qui suffirait à mettre fin à la pauvreté dans le monde durant 50 ans.

375 milliards de dollars, C’est le montant de la dette accumulée des 49 pays les plus pauvres

150 milliards de dollars, C’est le montant annuel d’aide supplémentaire qu’il faudrait fournir pour atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement.

120 milliards de dollars, C’est le montant de l’aide publique au développement accordée l’année dernière par les pays de l’OCDE, une somme plus de dix fois inférieure au montant des dépenses militaires mondiales et largement insuffisante pour combler le retard pris ces dernières années en matière de lutte contre la pauvreté.

25 milliards de dollars, C’est la moitié de l’aide au développement supplémentaire promise par le G8 et jamais honorée depuis 2005. C’est aussi la somme que le FMI estime nécessaire aujourd’hui pour aider 22 pays particulièrement touchés par la crise et dont la majorité se trouve en Afrique subsaharienne.

18 milliards de dollars, C’est, selon l’Unesco, ce que coûtera le ralentissement de la croissance en 2009 aux 390 millions de personnes d’Afrique sub-saharienne qui vivent dans une pauvreté extrême, soit 46 dollars par personne, 20 % du revenu par habitant. Un chiffre qui dépasse de très loin les pertes subies dans le monde développé.

100 millions, C’est le nombre de travailleurs supplémentaires vivant avec moins de 2 dollars par jour que la crise engendrera, selon l’Organisation internationale du travail. Le nombre de travailleurs vivant avec moins d’un dollar par jour augmentera, lui, de 40 millions.

46 millions, C’est, selon la Banque mondiale, le nombre de personnes supplémentaires qui seront plongées dans l’extrême pauvreté (moins de 1,25 dollar par jour) suite à la crise.

1,4 million, C’est le nombre minimum, estimé par la Banque mondiale, des enfants qui pourraient mourir d’ici 2015 si la crise se prolonge, soit 200 000 enfants par an. Ces chiffres pourraient atteindre les 2,8 millions, soit 400 000 décès par an.


Publié le 5 mars 2011, dans مقالات. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :